HealthTech : pour ou contre les drogues psychédéliques ?

Vous n’avez pas envie de prendre un charter pour vivre une expérience psychédélique ? La HealthTech vous accompagne.

Maureen Damman

Rédactrice web

17/01/2023

8 minutes de lecture


La Healtech, un écosystème qui comprend toutes les technologies mises au service d’ “une meilleure santé” est en train d’investir de stupéfiants procédés : laissez place aux drogues psychédéliques pour soigner votre santé mentale ! Fortes de leur succès, elles se déclinent sous forme d’applications. Bonne ou mauvaise idée ? Décryptage d’une tendance qui nous en fait voir de toutes les couleurs. 

Fantastic Fungi 

Vous avez déjà entendu parler des vertues du micro dosing des champignons et autres substances hallucinogènes ? Vous pouvez en savoir plus en visionnant le reportage Fantastic Fungi sur Youtube par exemple. 

Des flux de capitaux qui partent dans tous les sens 

La santé mentale est le nouvel eldorado de la Tech et reçoit de juteux investissements, notamment par exemple de la part de Christian Angermayer et des fonds de capital-risque ont déjà versé des millions d'euros dans des startups psychédéliques qui promettent de révolutionner les soins de santé mentale. 

La fin des antidépresseurs

Comment atteindre l’ataraxie, ce concept philosophique qui détermine la tranquillité de l’âme et l’absence de troubles, sans Atarax (un anxiolytique) ? 

Voilà le pari tenu par ses applications : en substance, la LSD ou la psilocybine (l'ingrédient psychoactif des champignons magiques) ont toujours eu des vertus connues, mais toujours associées à un usage récréatif, comme le cannabis et autres CBD. 

Désormais, on peut les dissocier de leur usage récréatif et, en association avec une psychothérapie, elles peuvent traiter des maladies difficiles à soigner comme l'alcoolisme et la dépression. Rien de moins ! 

Les tests 

Les thérapies en cours de conception et d'essai clinique nécessitent la présence d'un professionnel ayant reçu une formation psychédélique auprès du patient pendant qu'il est sous l'influence de la drogue qui peut être active pendant 24 heures. Vous imaginez bien les coûts et l’inaccessibilité de ses soins au plus grand nombre.

Les applications à la rescousse

Les startups investissent cette opportunité de business et développent des applications et d'autres outils numériques pour réduire la charge de travail des professionnels de la santé.

Mais qui sont exactement ces entreprises hallucinantes ?

Voici deux exemples de startups qui se jettent corps et âmes dans le milieu des thérapies psychédéliques. 

Atai Life Sciences

La société londonienne Atai Life Sciences, qui procède également à des essais cliniques de composés psychédéliques, est en train de mettre au point une application qui aiderait à réduire le besoin d'attention des patients après l'expérience. 

L'application sera utilisée pour surveiller l'humeur du patient et certains biomarqueurs - comme le ton de sa voix - dans les semaines et les mois qui suivent une séance de thérapie psychédélique, en lui fournissant un contenu adapté pour la pleine conscience et le renforcement des habitudes. 

Bref, voici venu le temps de la psychothérapie assistée par la technologie. 

Homecoming

Homecoming, une autre startup qui développe une application pour les phases de préparation et d'intégration de la thérapie psychédélique, ne cherche pas à remplacer les psychiatres et/ou psychologues, simplement à fluidifier et à rendre accessible au plus grand nombre les thérapies. 

Les avantages de ces deux applications 

Le concept est le suivant : voir devenir vrai un scénario comme celui d’un étage d'hôpital où nous avons des moniteurs où les patients peuvent être supervisés. 

Ensuite, il s’agira d’intervenir lorsque c'est nécessaire, ou lorsque c'est bénéfique pour les patients.

Le thérapeute, lui, gagne en temps, en efficacité et en argent puisqu’il délègue une partie de son travail à une application. 

Les inconvénients de cette application 

“appifier” le secteur de la santé mentale sous psychotiques est-il une bonne idée en soi ?

Rien n’est moins sûr, pour le moment du moins. Car si on réfléchit un tant soit peu, combiner des drogues fortes altérant l'esprit et la santé mentale des patients à une thérapie à distance sur des personnes déjà vulnérables est un pari fortement risqué. 

Dans quelle mesure les gens s'engagent-ils vraiment avec une application ? Où est le soutien d’une application, le regard, la compassion, l’empathie ? Et surtout l’accompagnement en cas de grave trouble psychologique ? 

Un bilan en demi-teinte

Cela semble évident, mais il est toujours utile de le rappeler : mettre des personnes vulnérables sous drogues hallucinogènes n’est pas sans risque. 

Mais l'intention de ces startups semble être la suivante :  elles ne cherchent pas à remplacer le thérapeute, mais il s’agit plutôt d'identifier les opportunités stratégiques dans les domaines où le thérapeute n'a pas besoin de passer du temps, ou dans lesquels il n'est pas judicieux d'effectuer des tâches logistiques. 

La formation des thérapeutes 

Michelle Baker Jones, Lead Psychedelic Therapist on DMT trial, souligne également que, dans les premières recherches psychédéliques sur le traitement des troubles mentaux par le LSD, la substance était accompagnée de 50 heures de psychothérapie.

 "Sera-t-elle [la thérapie psychédélique] efficace si nous continuons à réduire la thérapie et les soins qui l'entourent ?" demande-t-elle. "Peut-être que les antidépresseurs [existants] fonctionneraient mieux si on parlait aux gens et s'ils avaient les soins autour d'eux".

Michelle Baker Jones pense qu'en plus de former davantage de thérapeutes aux traitements psychédéliques, il sera nécessaire de créer : 

  • des centres de soutien communautaires 
  • des suivis par différents thérapeutes et docteurs

On fait le bilan 

Alors que de plus en plus de programmes de formation voient le jour pour tenter de répondre aux besoins en thérapeutes psychédéliques, il est probable que l'on assiste à un certain glissement vers les thérapies numériques.

💡 Bon à savoir 

Les Echos a fait une étude sur le sujet des thérapies numériques, à consulter ici !  

En conclusion, il faut trouver un équilibre pour pouvoir traiter le plus grand nombre de personnes avec ces thérapies, et en même temps garantir les meilleures pratiques. 

L’option devrait être gardée de pouvoir interagir avec des êtres humains en cas de besoin. 

Si les substances psychédéliques finissent par faire leur chemin dans le système de médecine clinique, les décideurs politiques devront réfléchir sérieusement au type d'infrastructure de santé mentale qui sera nécessaire pour soutenir leur déploiement. 

Et si vous faisiez appel à Myriad consulting pour vous aider à trouver toutes les subventions auxquelles vous pourriez prétendre ? 

Nous avons une expérience considérable dans le financement de l'innovation et prendrons le temps de comprendre vos objectifs et besoins en matière d’accompagnement. Notre objectif est de devenir votre partenaire de confiance, à votre écoute !  

Appelez-nous dès aujourd'hui au 01 89 20 27 90 ou utilisez notre page de contact et nous vous rappellerons. Ne laissez pas votre entreprise passer à côté de subventions et autres crédits d’impôts pour financer vos projets innovants !


Nos actualités

Nous contacter

N’hésitez pas à nous contacter pour échanger et voir comment Myriad Consulting peut optimiser et sécuriser vos opportunités de financement R&D.

Contactez-nous